La vidéo pour votre communication interne : 8 conseils pour convaincre votre boss

8 conseils pour obtenir du budget pour la vidéo en communication interne - Novastream

La vidéo pour votre communication interne : 8 conseils pour convaincre votre boss

La vidéo pour la communication interne : vous êtes convaincu que c’est l’avenir ? Statistiques, arguments, stratégies… Votre plan en 8 étapes pour persuader votre direction de vous suivre.

 

Avec l’email, la vidéo est déjà le format le plus utilisé (et le plus efficace) aux dires des responsables de communication interne. Ces derniers doivent pourtant, au moins au début, faire preuve d’une sacrée force de conviction pour obtenir les budgets et les appuis nécessaires…

C’est votre cas ? Dans cet article, nous vous préparons le terrain pour répondre aux objections les plus communes. Et surtout expliquer en quoi la vidéo va fluidifier la communication interne, vous permettre d’atteindre vos objectifs… et servir toute l’entreprise.

 

Au préalable : préparer vos réponses aux objections les plus courantes

Comme tout nouveau mode de communication, la vidéo suscite un peu de méfiance. C’est compréhensible… mais c’est aussi assez simple à contrer lorsqu’on a anticipé les 4 grands arguments qu’on va forcément vous opposer.

 

1. La vidéo ? Ce n’est pas assez sérieux pour la communication interne….

C’est une première remarque que l’on risque de vous opposer : la vidéo, c’est certes attractif et fun, ce n’est guère adapté à des sujets aussi importants que les annonces corporate, la politique RH, et autres thèmes classiques de la communication interne.

La réalité est tout autre : la vidéo ne peut pas être cantonnée aux seuls contenus distrayants qu’on trouve à foisons sur les réseaux sociaux ou les plateformes de vidéo en ligne.

Une étude récente sur ce qui motive les internautes à se connecter à YouTube montre d’ailleurs que les motifs « sérieux » (trouver une solution à un problème précis, apprendre, s’améliorer…) sont plus nombreux et plus importants que le désir de « loisirs » :

 


Pour donner encore plus de poids à votre réponse, vous pouvez d’ailleurs complètement renverser cette objection : c’est précisément parce qu’elle est attrayante qu’une vidéo se montrera très efficace pour informer sur des sujets pas forcément « fun ».

Vous en trouverez de nombreuses preuves dans notre article présentant 4 exemples réussis d’utilisation de la vidéo en communication interne.

 

2. La vidéo ? Ça coûte cher…

Le budget, c’est l’éternel écueil. Lorsque votre interlocuteur (PDG, DG, DAF, DRH…) va vous entendre parler de votre projet de déploiement de vidéo, il y a des chances qu’il tique, car la vidéo a la réputation d’être chère à produire.

Et c’était vrai… avant. Plus maintenant, pour deux raisons au moins :

    • Les progrès techniques ont fait chuter le coût du tournage.Un smartphone « correct » aujourd’hui permet de tourner une vidéo qui passera parfaitement sur grand écran. Quant aux hauts-de-gamme (iPhone X, Samsung Galaxy S8, Huawei P10…), il filment en 4K. Conclusion : pas de budget « caméra » à prévoir, elle est déjà dans votre poche
    • Les changements dans la « consommation » de l’information rendent vos publics moins exigeants sur la qualité (tant que le contenu est intéressant). Les réseaux sociaux et YouTube nous ont habitué à visionner autre chose que du (télé)film de haute-qualité. Vos publics internes sont donc moins regardants. Conséquence : le montage, le grain de l’image, la lumière n’ont pas à être au niveau d’un Spielberg !

 
Conclusion ? Avec un smartphone, quelques accessoires bien choisis et l’aide de logiciels bon marché, un collaborateur peut aisément se muer en « JRI interne » et créer des vidéos de bonne qualité.

L’investissement de départ ? Pas plus de 800€ (hors téléphone) pour démarrer vraiment confortablement, avec :

    • En « studio » (un bureau dédié) : un fond vert, et des spots pour l’éclairage. Budget : de 0 à 400€.
    • Pour le tournage, un micro-cravate, un trépied pour les plans fixes et une poignée pour filmer à la volée. Budget : de 40 à 120€.
    • Pour le montage, un logiciel plus (Final Cut Pro, Adobe Premiere) ou moins (iMovie, Windows Movie Maker) sophistiqué. Budget : de 0 à 300€.

 

Tournez et montez vos vidéos comme un pro

Le kit de survie du parfait
« JRI interne »

 

Téléchargez notre ebook pour savoir quel matériel il vous faut pour tourner des vidéos de qualité avec un smartphone, réaliser des tutoriels en quelques instants, et monter vos films d’entreprise facilement.

 

J'accède à mon ebook

Ebook Novastream : la panoplie du parfait reporter d'entreprise
 

3. Ce sera trop long (et compliqué) à produire

Il y a en fait deux dimensions dans cette objection. La première, c’est celle du temps que vous allez consacrer à la création de vidéo… temps qui ne sera plus dévolu à vos autres responsabilités. La seconde est celle de la complexité de la vidéo, que vous pourriez avoir du mal à maîtriser.

 

Le temps : nuancé par une vraie courbe d’apprentissage

Alors, la vidéo est-elle chronophage ? Au démarrage, sans doute plus que la « simple » rédaction d’un texte pour le journal interne ou la newsletter destinée aux collaborateurs.

Une vidéo bien conçue, c’est en effet une succession d’étapes à respecter :

    • D’abord le scénario et le story-board (car on ne peut effectivement pas corriger un film comme on modifie un texte).
    • Ensuite la captation, idéalement préparée par un plan de tournage pour ne pas perdre de temps le jour J.
    • Puis le montage, et la sonorisation si nécessaire
    • Enfin les inévitables validations

 
Mais la bonne nouvelle, c’est que chaque vidéo aura un effet « courbe d’apprentissage » très prononcé. Surtout si vous prenez la peine :

    • d’effectuer des bilans « post-mortem » de chaque vidéo, en notant ce qui a fonctionné ou pas, tant du point de vue de l’organisation que de la qualité du résultat,
    • d’alimenter une « bible » de la vidéo interne, c’est-à-dire un document très factuel définissant pour chaque type de vidéo les durées, les types de plans, les éclairages, les écrans d’introduction, de fin et de coupe que vois pourrez réutiliser…

 
L’avantage de cette approche ? Vous dégager petit à petit des considérations purement techniques (comment vous filmez, montez, diffusez) pour vous concentrer sur ce qui revêt le plus d’importance : vos contenus, vos messages.

 

La complexité, un faux procès

La vidéo, compliquée ? Techniquement, plus que de rédiger un texte sur Word, c’est vrai. Mais tout dépend en réalité du degré de sophistication de votre projet :

    • Un simple point d’information, un portrait ou une interview de collaborateur peut très facilement être géré en interne, dès lors que vous disposez d’un smartphone et de l’équipement de base.
    • Un projet un peu plus lourd (une série, une formation) va nécessiter de faire appel à un freelance, ou à des prestataires externes.
    • Le grand événement annuel, avec diffusion en live et en replay, vous demandera sans doute de faire appel à une agence ayant pignon sur rue

 
En déterminant clairement pour quelles vidéos vous pouvez avancer en interne, et pour lesquelles vous devrez vous faire accompagner, vous gagnerez beaucoup en souplesse.

 

4. Des vidéos internes ? Cela n’intéressera pas grand monde

Nous avons déjà un journal interne, une newsletter envoyée par email, un intranet… A quoi bon un énième support de communication interne ? L’objection est courante. Mais elle ne tient pas.

La vidéo constitue en effet un nouveau mode de communication entreprise-collaborateur, très apprécié des nouvelles générations. Par tranche d’âge la consommation régulière de vidéo concerne en effet, d’après eMarketer :

    • 95% des 18-24 ans
    • 88% des 25-34 ans
    • 84% des 35-44 ans
    • 73% des 45-54 ans
    • 54% des 55-64 ans

 
Et au-delà des millenials ou des générations Z, voire Alpha, qui ont définitivement pris l’habitude d’être informés par le biais de la vidéo, c’est toute la pyramide des âges de l’entreprise qui se convertit peu à peu à ce nouveau support.

 


Et il ne s’agit plus seulement d’un usage « passif », de récepteur des messages de la communication interne. Mais de plus en plus d’une posture active : les salariés créent eux-mêmes des vidéos, s’en servent comme d’un support de présentation, de partage de connaissance…

Interrogés par Kaltura, les décideurs estiment d’ailleurs que la création de vidéo par les collaborateurs (Employee Generated Content, ou EGC) va devenir un atout crucial à horizon 3 ans.

Disposer de solutions opérationnelles et simples pour permettre à vos collaborateurs de contribuer à la création de vidéo (par exemple avec notre application Ushare), va rapidement devenir décisif…

 

Ensuite : démontrer comment la vidéo peut servir l’entreprise

Vous avez fait des merveilles en défense, en réfutant les objections à la vidéo ? Passez ensuite à l’offensive !

Pour maximiser vos chances d’inclure la vidéo dans votre stratégie de communication interne, vous devrez mettre en avant les bénéfices de la vidéo, sa capacité à servir vos objectifs… et ceux de vos patrons.

Car plus ils sont de niveau élevé, moins les responsables s’intéressent aux tactiques, et aux détails. Ce qui les intéressent ? Les résultats.

 

5. Mettez le doigt sur l’objectif interne le plus crucial du moment

Attaquer de but en blanc sur le budget vidéo peut sembler « tactique » plus que stratégique. Replacez donc la vidéo dans une perspective plus globale. Quel bien va-t-elle faire à l’entreprise dans son ensemble ?

En tant que communicant interne, vous êtes bien placé pour mettre le doigt sur ce qui peut-être amélioré dans la bonne marche de l’entreprise :

    • Avez-vous de forts enjeux
    • Est-ce plutôt en aval, dans l’intégration des recrues (onboarding), que vos besoins sont les plus criants ?
    • S’agit-il plutôt de problématiques de diffusion des savoirs, de knowledge management voire de formation ?
    • Est-ce plutôt la diffusion d’informations et la communication corporate qui préoccupent vos supérieurs et collègues ?

 
La liste est longue… et vous avez le choix. Car la vidéo est incroyablement efficace en bien des occasions, et dans bien des domaines de la communication interne :
 


 

6. Ébauchez une ligne éditoriale qui sert vos objectifs internes

La vidéo, en particulier en communication interne, n’est pas un média uniforme. À un objectif précis correspondent quelques formats qui permettront de le remplir au mieux :

    • Les portraits de collaborateurs et les présentations d’équipes font merveille pour la marque employeur, le recrutement et l’onboarding.
    • Les tutoriels, retransmissions de contenus informatifs (conférences, colloques) servent très bien aux problématiques de formation et de knowledge management.
    • La retransmission (directe ou différée) de conventions et de prises de paroles de la direction générale sont tout indiquées pour la communication corporate et la diffusion de la culture d’entreprise.

 
Vous avez identifié un objectif prioritaire en communication interne ? Déterminez donc quel type de vidéo permettrait le mieux de l’atteindre, présentez une formule éditoriale qui apporte un vrai plus par rapport à vos autres supports de communication…

Donnez ensuite envie à vos interlocuteurs de vous suivre dans cette voie, en mettant en avant les atouts propres à la vidéo (mémorisation, légèreté, viralité)…

Si vous produisez déjà certains de ces formats, pointez le fait que la plupart des entreprises qui se sont lancées dans la production de vidéos internes finissent par aller plus loin. Et abordent grâce à ce média non plus une seule, mais deux, trois… cinq problématiques internes.

 

7. Collectionnez les études de cas

Pour terminer votre opération persuasion, il ne vous reste plus qu’à sortir l’arme fatale : l’étude de cas concrète et bien documentée qui va démontrer par l’exemple la pertinence de votre projet.

Sur notre blog, vous en trouverez un certain nombre pour appuyer votre démonstration :

 

Webinaire communication interne
Comment Norauto capitalise sur la vidéo

 
La WebTV responsive de Norauto
 

• Comment Norauto met la vidéo au service d’enjeux de communication interne et de marque employeur
• Quelles vidéos produisent les équipes communication, les managers, et les collaborateurs
• Comment l’entreprise touche 18 000 collaborateurs dans plus de 650 implantations

Avec le témoignage d’Henri Dufour, responsable communication numérique de Norauto.

Je visionne

 

8. Préparez le coup d’après

Obtenir le « feu vert » pour créer plus de vidéos à usage interne, c’est déjà un (beau) premier pas. Mais la question de la diffusion et de la bonne exploitation de ces vidéos dans un contexte sécurisé, ergonomique et simple à administrer va ensuite rapidement se poser…

Avec le Manager Video, Novastream répond précisément aux besoins des communicants internes qui ont besoin :

    • de collecter et centraliser leurs contenus dans une interface agréable et simple d’administration,
    • de les rendre accessible à un maximum de collaborateurs, en toutes situation, et en gérant les différents niveaux d’autorisation,
    • de les enrichir de fonctionnalités et d’interactions pour en maximiser l’impact,
    • et de mesurer enfin les performances de leur stratégie vidéo interne.

 
Si ces questions font écho à vos besoins, n’hésitez pas à nous contacter !

Sur le même sujet